J’ai dirigé une Web Agency pendant treize ans, qui a compté jusque 35 salariés. J’ai connu Internet avant même qu’il n’existe un site Web, le mot « Web » n’ayant pas même été encore inventé. J’ai créé un livre et un CD-Rom en 1996 sur le codage HTML des sites. J’ai assisté progressivement à la fois à la professionnalisation du secteur, et à l’explosion de la demande. J’ai vu les prix de réalisation d’un site Web s’effondrer, divisé par 100 en l’espace de quelques années.

Aujourd’hui, créer un site Web ne demande aucune compétence particulière, y compris pour construire le site web de son entreprise.

Que ce soit un site corporate, un site e-commerce, un site d’e-learning, ou encore un média social, les compétences nécessaires sont vraiment maigres. Seules quelques grosses structures continuent le payer benoîtement des sommes importantes pour la mise en place d’un site Web.

À travers cet article, je vais vous montrer dans les grandes lignes comment vous y prendre pour réaliser un site professionnel pour moins de 200 euros d’investissement.

Le nom de domaine : 12 euros pour un. fr

Le nom de domaine est l’adresse unique qui va permettre à vos visiteurs de se connecter à votre site Internet. Un nom de domaine coûte chez Gandi 12 euros pour un. fr.

Le plus difficile, c’est de trouver un nom de domaine libre. Si l’extension. fr ou. com n’était pas disponible, il existe aujourd’hui plus d’une centaine d’extensions disponibles. Certes, le. com demeure l’extension idéale, car elle est spontanément associée dans l’esprit du public à un site web ou une adresse email. Cependant, si ce n’est pas le cas, il est toujours possible de prendre une extension différente :. paris,. eu,. tv,… les possibilités sont nombreuses. Gardez en tête que l’extension n’est pas trop importante car c’est le contenu du site qui va déterminer son rang dans les résultats des moteurs de recherche. Par ailleurs, votre notoriété reposera essentiellement sur votre capacité à communiquer sur l’existence de votre site web.

Le serveur pour héberger votre site web : 4 euros par mois, soit 48 euros par an

Sur Gandi (je n’ai pas d’actions de cette entreprise, je pourrais citer OVH aussi), le tarif le plus bas est de 4 euros par mois. Elle ne comprend pas un certificat SSL pour sécuriser les transactions en cas de e-commerce. Dans ce cas, ajoutez 4 euros de plus par mois.

Le serveur est un ordinateur connecté 24 heures sur 24 à Internet. Il donnera accès aux données déposées sur votre site web.

On rêve tous d’un site Web très fréquenté. En réalité, la version à 4 euros de Gandi est suffisante pour de nombreuses sociétés. Imaginez que votre société obtienne la visite de 30 000 visiteurs par mois, et que chaque visiteur lise 10 pages de votre site (ce qui est déjà conséquent, sauf dans le cas d’un e-commerce), la version de base est capable d’absorber une telle charge (soit 300 000 pages).

Bien sûr, si votre campagne de communication fait le buzz, il faudra revoir le dimensionnement du serveur (ce qui se fait d’un clic chez Gandi). Ce qui comptera alors sera la capacité du serveur à fournir simultanément plusieurs visiteurs, mais vous pourrez ajuster cela le moment venu et seulement le temps nécessaire.

Le CMS pour gérer votre contenu : gratuit !

Un CMS est un Content Management System, autrement dit un logiciel capable de gérer votre contenu. Par gestion, il faut comprendre que CMS vous donne la possibilité d’intégrer du contenu (comme je le fais actuellement via une interface à base de formulaire), de le stocker sur le serveur, de l’afficher à la demande de chaque visiteur, et même de vous afficher des statistiques de fréquentation. Le CMS sait aussi envoyer des emails, réceptionner des demandes de clients, gérer un achat dans le cadre d’un e-commerce,  réserver le contenu à des membres, etc. Il n’y a en réalité de limite que votre imagination.

Il existe de nombreux CMS sur le marché. La plupart sont open source, c’est-à-dire qu’ils sont conçus et mis à jour par des communautés bénévoles. Les conséquences sont nombreuses : outre la gratuité, les CMS sont robustes, intègrent les derniers besoins utilisateurs, relativement sécurisés (chaque faille étant rapidement réparée), et de nombreux spécialistes peuvent intervenir à la demande, si vous avez des besoins particuliers, sans que vous dépendiez d’une agence en particulier.

Le CMS sur lequel je travaille est WordPress. Il est utilisé par 60% des sites web mondiaux. Il est fiable, très évolutif, très simple d’utilisation, et il dispose de nombreux plug-ins. Un plug-in est une extension qui ajoute des fonctionnalités à WordPress. 90% des plug-ins sont gratuits, même s’ils existent souvent en version payante, avec des fonctionnalités supplémentaires.

Installer WordPress : 15 minutes maximum.

L’installation de WordPress est si standard que le plus long est le téléchargement de l’application.

Il faut configurer une base de données, télécharger la dernière version de WordPress, puis suivre la procédure d’installation qui nécessite cinq ou six clics de souris !

WordPress est fourni d’emblée avec un thème ou «template». Un thème est un ensemble de fichiers qui va se charger de l’apparence de votre site web, et qui va également proposer quelques fonctionnalités ad hoc.

Installer un thème : gratuit et jusque 100 euros

Il existe des centaines de thèmes gratuits. Je vous conseille de les télécharger via WordPress.org, pour vous assurer que le thème est exempt de virus. Sinon, je vous recommande la place de marché Themeforest, qui propose de thèmes payants, dans toutes sortes de styles et d’usages possibles.

Je vous recommande deux thèmes qui correspondent à des usages variés.

Divi de ElegantThemes est un thème très graphique, qui permet la mise en place de sites d’images et e-commerce très chics. Il dispose de plusieurs fonctionnalités, notamment un « composeur » qui simplifie l’élaboration de mises en page complexes et personnalisées.

Make de TheThemeFoundry est un thème gratuit, mais je vous incite à acheter son plug-in Makeplus qui ajoute de nombreuses possibilités de personnalisation. Make est moins élégant, mais il est très versatile et simple d’utilisation.

Pourquoi ces thèmes préfabriqués sont excellents ? Pour deux raisons. D’abord, ils proposent tout ce qu’un créateur de site web a besoin en terme de fonctionnalités, de mise en écran, de personnalisation. Ces thèmes sont le résultats des demandes répétées et communes de milliers d’utilisateurs. Ensuite, ils sont créés par des équipes extrêmement professionnelles, rôdées à la création de thème WordPress. Chaque thème a souvent nécessité plus d’une année de production, et de suivi commercial. Les thèmes pour être vendus, doivent respecter toutes les normes récentes, offrir toutes les mises en page à la mode, garantir l’absence de faille de sécurité, et être régulièrement mis à jour pour s’améliorer et s’enrichir.

Installer un e-commerce : gratuit

Si vous souhaitez faire du e-commerce avec WordPress, il existe un plug-in gratuit : WooCommerce qui est devenu la référence en la matière. L’éditeur propose des ajouts divers et variés, mais la version gratuite suffit dans bien des cas.

Le système de paiement est très étoffé. Si vous souhaitez ajouter une passerelle de paiement vers votre banque, il existe des plug-ins dédiés. Par exemple, on peut trouver une passerelle de paiement pour le CIC à 59 euros.

L’addition, s’il vous plaît !

Vous disposerez d’un site parfaitement professionnel et fonctionnel pour :

  • 12 euros – nom de domaine
  • 48 euros – serveur web
  • 50 euros – thème

Soit 110 euros pour un site vitrine. Ajoutez 60 euros pour une passerelle de paiement adaptée à votre banque, soit 170 euros pour un site e-commerce.

Bien sûr, certains sites nécessitent plus d’investissement parce que le contenu présenté impose des développements spécifiques, ou que l’entreprise exige une présentation totalement inédite de son information. Sans compter aussi l’argent nécessaire pour tout simplement mener à bien un projet qui s’étire dans le temps, nécessite de faire, défaire, et refaire ad libitum la présentation pour satisfaire le « big boss ». Cependant, dans un contexte rationnel, où l’entreprise accepte que le thème choisi impose quelques mises en page ou en écran, le budget peut-être de ce niveau. Je ne compte évidemment pas le coût des ressources humaines pour mener le projet, qui peut varier du simple au centuple selon la configuration hiérarchique de l’entreprise.

Tout est prêt, il ne reste plus qu’à…

Reste à créer le contenu pour présenter vos services, vous rendre visible sur le Net, vendre vos produits, valoriser votre savoir-faire, etc.. Et c’est dans la création de contenus que l’essentiel de votre budget doit être investi. Par créations de contenus, j’entends plusieurs choses :

  •  du contenu éditorial, qui forme l’ossature de votre communication. Il faut non seulement proposer du contenu rédactionnel, mais aussi des photos, des vidéos, des animations … toutes sortes de contenus qui va à la fois répondre à la demande d’information et de divertissement de votre cible.

 

  • du contenu d’optimisation du référencement. C’est le fameux SEO, ou Search Engine Optimisation. C’est l’art de déterminer les mots-clés et d’optimiser les contenus pour que le moteur de recherche puisse comprendre facilement de quoi parle votre site, afin que ce dernier soit indexé, référencé correctement. Attention aux gourous : dans le domaine du SEO, qui est une action inévitable et nécessaire, il y a beaucoup d’experts dont le seul but est de vendre des prestations à l’année, dans un jargon technico-commercial vaporeux et creux… donc inutile.

 

  • du contenu pour les médias sociaux : votre site n’est rien sans une présence de votre entreprise au sein d’un ou plusieurs réseaux sociaux. Là encore, sachez qu’il est inutile d’être présent partout, dans tous les réseaux sociaux. Il en existe des dizaines, les agences vous vendront souvent du Facebook, Twitter, LinkedIn, Google Plus, Pinterest, YouTube, Vimeo,… mais votre entreprise a-t-elle vraiment besoin d’être partout ? La vraie question est : où sont mes clients ? Inutile d’aller sur Pinterest, si vous n’avez pas une politique de communication par l’image très développée, et surtout si vos clients n’y sont pas !

 

  • du contenu pour votre stratégie email : même si personne n’aime être « spammé », vos clients et vos prospects peuvent être intéressés par des emails correctement ciblés. Il est difficile de tomber juste au démarrage, car chacun fait un usage différent de l’email. Certains refusent toute sollicitation commerciale, d’autres en redemandent dans une logique de veille, d’autres enfin ont configuré leur lecteur d’email pour faire le tri automatique des contenus… Cependant, cela reste un moyen efficace de contacter des personnes, dans la mesure où votre contenu est ciblé, pertinent et intrigant.

 

  • du contenu pour les leaders d’opinion : journalistes, blogueurs influents (il n’en existe pas tant que cela), twitteurs influents (idem), mais aussi partenaires, bons clients, tous ces relais d’opinion doivent disposer de contenus spécifiques. Vous avez deux stratégies. Soit vous créez votre site en constituant des espaces privatifs (ou non) dédiés, soit vous lancez des opérations de communication spécifiques. Dans les deux cas, pensez destinataires avant de penser « dispositifs » ou « buzz » ou « wahoo effect ».

Tous ces contenus ont une durée de vie relativement courte. Certes, certains contenus sont dits « pérennes », mais il est toujours bon de renouveler leur forme pour en relancer l’intérêt. D’autres contenus doivent naturellement être mise à jour régulièrement, pour correspondre à l’actualité de votre entreprise, mais aussi pour maintenir un fil conducteur avec votre cible : un site qui ne « bouge » pas signifie que l’entreprise ne vit rien de particulier. Or, tout client s’attend à de l’animation commerciale, à de l’innovation, et à un renouvellement minimal des discours.

L’essentiel de votre budget de marketing et communication doit être investi dans la création de contenus numériques.

 Une petite démo ?

Si vous le souhaitez, je peux réaliser une vidéo qui vous présentera pas à pas la façon de réaliser un tel site web, et le résultat, obtenu.

Un commentaire ?

Un article ne peut pas tout montrer dans les détails, mais justement, qu’en pensez-vous ? Quelle est votre expérience lors de la création de votre site Web ? Ou de celui d’une entreprise ? Auriez-vous pu faire des économies de production ? À quel niveau ?